anime

Le shōgi : est-ce aussi compliqué que l'on ne le pense ?

Le Shōgi (ou jeu du Shogun) est un nom qui vous est sûrement familier, et ceci est dû notamment par son apparition dans divers animes, tel que Naruto, Kuroko no basket, ou encore Full Metal Alchemist. Ce jeu de plateau japonais aurait apparemment la même origine que nos échecs occidentaux.


Extrêmement complexe à lire au premier coup d’œil, vous découvrirez, au fil de cet article, qu'il est en réalité tout simple de pratiquer cette discipline...



Qu'est-ce qui différencie le shōgi des échecs ?

Le Shōgi et les échecs diffèrent en ces points-ci :

Commençons par le plateau : les yeux les plus affûtés et les fervents joueurs d'échecs ont sûrement remarqué la différence au niveau du nombre de case sur cet échiquier. Et oui ! Le plateau est légèrement plus grand : 9x9 pour celui du Shōgi, contre 8x8 pour nos échiquiers occidentaux. Et pour cause : il y a plus de pièces...

Bien que la majorité de ces dernières soient semblables, il existe quelques différences autre que leur physique. Les cavaliers et les pions (ou soldats) restent fidèles au règles des échecs, et rien ne bouge quand à leur manière de fonctionner. Les tours et les fous ont perdu leur paire, pour se retrouver réunis en uniquement deux pièces. Quant à la reine, inexistante, elle se voit remplacer par trois nouvelles pièces : les lanciers, et les généraux, dits d'or, et d'argent.




Nous avons également, pour ce jeu, quelques nouveautés aux niveaux des règles. Car oui : qui n'a jamais rêvé de prendre le roi directement, au lieu de faire un simple échec et mat, sans avoir l'occasion de le dévorer au cours de la partie ? Grâce à ce jeu, c'est à présent possible.

De plus, nous sommes capables de réutiliser les pièces, car au lieu de manger les pions adverses (ce que ferait un joueur d'échecs basique), on a la capacité de les capturer, en sachant bien que tout pion capturé peut être envoyé de nouveau sur le plateau (ce qui compte comme un déplacement). Bien évidemment, il y a quelques restrictions sur ces règles, comme le fait ne pas pouvoir envoyer de soldats capturés sur une ligne en comportant déjà un, notamment. De plus, l'annonce d'un échec n'est pas obligatoire, et l'on peut très bien garder le silence quand à celui-ci. 

En contrepartie, nous perdons la capacité d'interchanger le roi et la tour au cours de la partie (roque). De plus, notez que les pions, ici, ne mangent pas en diagonale, mais bel et bien vers l'avant, bousculant ainsi les règles établies par notre standard de base...

Et, dernière modification : la promotion. Normalement ce concept ne doit pas vous être totalement inconnu, mais expliquons tout de même, pour ceux qui ne sont pas très à l'aise dans ce domaine :

Lors d'une partie, toute pièce ayant accompli un exploit de guerre (atteindre le camp ennemi) peut être promue (sauf le roi et les généraux d'or qui sont déjà au sommet de la hiérarchie). Leur déplacement diffère une fois la promotion acquise. Pour les soldats, les lanciers, les cavalier et les généraux d'argent, ils se déplacent maintenant comme les généraux d'or. Quand à la tour et au fou, on ajoute les déplacements du roi à leur ancien déplacement.






Quelles sont les titres obtenables pour un joueur de Shōgi ?

Les distinctions les plus connus sont celles présentes au go et au karaté. Je parle bien évidemment des 20 kyū et des 9 dan.

Moins connu mais plus honorable, il existe des titres réservés au Shōgi, tel que les 7 couronnes : Ryu-oh, Meijin, Kisei, Oi, Oza, Kioh, et Osho. On a malheureusement peu d'informations sur celles-ci, mais on sait qu'à une époque, pour obtenir ce titre, il fallait battre la personne en possession de cette dernière pour l'obtenir. Ceci a, bien évidemment, évolué, et il faut maintenant participer à des compétitions pour pouvoir être honoré d'une de ces 7 mythiques couronnes.

De nos jours, il n'existe qu'une seule personne ayant en sa possession les 7 couronnes, et qui est, par conséquent, actuellement honoré du titre de Kishi. Cette véritable légende, qui est devenue 9ème dan à l'âge de seulement 24 ans se prénomme Yoshiharu Habu, et il en a à présent 47. Il possède le plus de titres liés au Shōgi et est considéré comme le meilleur joueur de Shōgi au monde. De quoi mettre l'eau à la bouche des novices, donc...




Le Shōgi dans les animes :

Comme cité plus haut, nous retrouvons le Shōgi dans différents animes :

Le stratège Shikamaru, dans Naruto, y joue plus d’une fois. Akashi Seijuuro de l'anime Kuroko no Basket en a fait son passe-temps et, dans l'anime Ryuuou No Oshigoto, ils font carrément partie intégrante de l'intrigue ! Il existe différentes apparitions du Shōgi dans d’autres animes, bien évidemment ! Seulement, je ne citerai que les plus connus, afin de ne pas vous submerger par un flux de noms d'animes trop important.




Conclusion :

Le Shōgi est un jeu de plateau mélangeant stratégie et tactique. Une fois le problème des inscriptions en Kanji réglé, jouer au Shogi n’est pas si compliqué que ça en à l'air ! Si vous aimez jouer aux échecs, vous allez apprécier le Shōgi à coup sûr ! Il existe des jeux de Shōgi pour débutant et/ou adaptés pour les occidentaux avec les déplacements marqués sur les pièces. Je conseille également le site Playok.com qui propose plusieurs jeux de plateau dont le Shōgi, pour pouvoir y jouer contre d'autres personnes à travers le monde. N'hésitez donc pas à aller faire un tour dessus. Et, qui sait : peut-être deviendrez-vous un joueur capable d'obtenir les 7 couronnes, vous aussi ?





Publié le par Lunkfun avatar
Commentaires
Pour poster un commentaire, vous devez vous connecter ou créer un compte sur le site.
Godlike
14 avril 2018 à 16:21


Pour les animes, le shogi m'a marqué dans Samourai Champloo ou encore Hunter X Hunter.
Lunkfun
14 avril 2018 à 17:53
Le jeu de plateau qui m'a la plus marquer dans Hunter X Hunter n'est pas le shōgi, mais plutôt le Gungi, jeu inventé par Yoshihiro Togashi.

Pelletier
14 avril 2018 à 15:16


Woaw c'est super intéressant, ça donne vraiment envie d'apprendre à jouer !!!